Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Environnement / Actualités - évènements / Les chenilles de l’Hyponomeute

Les chenilles de l’Hyponomeute

Yponomeuta (les Yponomeutes ou Hyponomeutes) est un genre de petits papillons (lépidoptères) de nuit, parfois dits «teignes ». Une dizaine d’espèces sont présentes en Europe.

Les chenilles de ces papillons sont présentes sur de nombreuses essences (fusain, prunus, saules,...) dans les jardins, sur les arbres et les haies. Elles tissent des toiles de grande taille qui peuvent recouvrir parfois plusieurs arbres. Ces chenilles sont totalement inoffensives pour l’homme.

Les femelles Hyponomeutes, une fois fécondées, pondent de petits tas d'une cinquantaine d'œufs minuscules qu'elles collent sur les branches de leur espèce-hôte.  3 à 4 semaines plus tard, des chenilles minuscules sortent des œufs et entrent en hibernation jusqu’au printemps.

Fin avril, début mai, les jeunes larves sortent d’hibernation et commencent à manger les jeunes feuilles et bourgeons. Elles tissent des voiles pour se protéger et peuvent se laisser descendre suspendues à un fil de soie. Ces toiles se développent et peuvent parfois complètement recouvrir un arbre adulte, qui peut être totalement défolié.

Les larves forment ensuite un cocon dans lequel la métamorphose en adulte va s’opérer.

Les Hyponomeutes adultes émergent du milieu à la fin de l'été (ou plus précocement depuis quelques décennies en raison probablement d'un réchauffement climatique qui a induit un débourrage plus précoce des feuilles).

Les hyponomeutes attaquent principalement des arbustes et haies ainsi que certaines espèces d'arbres fruitiers. Bien que l'entoilement des arbustes soit spectaculaire, les arbres touchés ne subissent généralement qu'une inhibition momentanée de croissance.  Les arbustes défoliés se régénèrent la plupart du temps, avec apparition de nouvelles feuilles.

Ces chenilles dont les toiles sont parfois impressionnantes, sont souvent confondues avec la chenille processionnaire du chêne qui elle est « dangereuse » pour l’homme et les animaux mais qui ne s’attaque qu’au chêne.