Attention
les bureaux sont accessibles uniquement sur RENDEZ-VOUS. Exception pour le service Population/etat-civil. consultez les insctructions ici

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Environnement / Actualités - évènements / Loque américaine - Sauvons nos abeilles !

Loque américaine - Sauvons nos abeilles !

La loque américaine, un fléau mortel pour les abeilles !   Soyons vigilants !

 

La loque américaine figure parmi les plus grandes catastrophes pour un apiculteur. En effet, il s’agit d’une maladie très dangereuse et très contagieuse impactant le couvain des abeilles. Elle s’attaque en priorité aux larves pour se répandre petit à petit vers tous les membres de la ruche. La loque américaine est causée par une bactérie appelée Paenibacillus larvae.

Comment se transmet la maladie ?

Les spores (cellules de reproduction de la bactérie) sont les éléments de résistance et de contamination de la maladie. Elles peuvent être introduites dans une colonie à la faveur de dérive, pillage ou manipulations apicoles. elles sont présentes dans tous les éléments de la ruche (miel, pollen, couvain, abeilles, cadavres, cadres…) et sur le matériel en contact avec la colonie atteinte. Elles gardent leur pouvoir infectant très longtemps (plusieurs décennies).

Ce sont les nourrices qui contaminent les jeunes larves, dans leurs deux premiers jours de vie, avec des gelées nourricières contenant des spores. La germination des spores, dans le tube digestif des larves, donne des bactéries qui vont se multiplier, envahir tout le corps et entraîner la mort du couvain. Les cadavres se transforment en masses informes gluantes, adhérentes aux parois de l’alvéole.  Ils contiennent des millions de spores suite à la sporulation des bactéries.  Ces spores vont être disséminées dans la ruche puis éventuellement dans d’autres colonies et ruchers par les abeilles (et l’apiculteur).

Il n’existe pas de médicament vétérinaire autorisé pour le traitement de la loque américaine dans l’Union Européenne.

Le traitement d’un rucher où un diagnostic de loque américaine a été établi nécessite que :

• toutes les colonies faibles malades et les colonies très atteintes soient détruites, après asphyxie des abeilles ;

• toutes les colonies atteintes soient détruites indépendamment de leur force ou de l’importance de la maladie ;

• les colonies peu atteintes et fortes soient transvasées si la saison le permet ;

• on brûle les abeilles une fois tuées, les cadres de couvain et de réserves, le matériel en mauvais état ;

• on nettoie soigneusement et désinfecte par un moyen reconnu efficace sur les spores le matériel contaminé s’il est en bon état

La maladie se propage très vite et souvent la seule solution est la destruction du rucher.

Afin d’éviter un maximum l’introduction de la maladie dans les ruchers la règle la plus importante est l’hygiène.

Mais nous avons également un rôle à jouer dans la propagation de cette maladie !

Une des causes de la propagation de la loque serait la contamination des butineuses par du miel infecté qu’elles ramènent ensuite à la ruche.

Les miels vendus dans le commerce ne sont pas contrôlés et peuvent contenir la bactérie (Afsca).

Les pots de miel que nous consommons et que nous jetons ensuite dans les bulles à verre, s’ils ne sont pas nettoyés, attirent les abeilles lorsque peu de ressource alimentaire se trouvent dans l’environnement.  Les abeilles viennent sucer le miel resté dans les pots pour nourrir la colonie.

Nous ne savons pas si ce miel n’est pas contaminé ? Et si c’est effectivement le cas, l’engrenage est lancé et la loque se propage !

 

Protégeons nos abeilles et respectons le travail de nos apiculteurs !

Nettoyons nos pots avant de les déposer dans les bulles à verre afin de ne pas attirer les abeilles !

 

Si cette maladie détruit les abeilles, sachez qu’elle n’a aucun effet sur l’Homme, le miel reste donc propre à la consommation humaine.

 

Pour plus d’information : AFSCA

Sous mots clés standards