Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Social et santé / C.P.A.S. / Politique / Déclaration de politique sociale – Législature 2019-2024

Déclaration de politique sociale – Législature 2019-2024

Préambule

Comme le prévoit désormais l’article 27 ter de la loi du 08 juillet 1976 organique des CPAS et suite à l’entrée en vigueur du décret du 19 juillet 2018 intégrant le programme stratégique transversal dans la loi organique des CPAS, « dans les deux mois de son installation, le conseil de l’action sociale adopte une déclaration de politique sociale couvrant la durée de son mandat et comportant au moins les principaux projets politiques ainsi qu’un volet budgétaire reprenant les grandes orientations en la matière ».

Réuni en sa séance du 24 avril 2019, le Conseil de l’Action sociale a adopté comme suit sa déclaration de politique sociale pour la législature 2019-2024.

Méthodologie

Tenant compte des entrées en fonction quasi-simultanées du Conseil communal et du Conseil de l’Action sociale, il nous a paru opportun d’analyser attentivement la déclaration de politique communale afin d’en retirer les éléments utiles en vue de l’élaboration de la présente note de politique sociale. De même, il nous a semblé important de profiter du travail mené en partenariat avec l’équipe du Plan de cohésion sociale dans le cadre de l’élaboration de son plan d’actions 2020-2025 afin de dégager les pistes d’actions les plus pertinentes à mettre en œuvre endéans les six prochaines années tenant compte des besoins sociaux recensés par les principaux acteurs de terrain.

La présente déclaration de politique sociale a pour but de fixer, en début de législature, les principaux objectifs stratégiques qui seront poursuivis par le Conseil de l’action sociale. Ces objectifs stratégiques se déclineront, au travers du programme stratégique transversal qui sera élaboré d’ici au mois d’octobre 2019, par le Comité de direction en une série d’objectifs opérationnels et d’actions concrètes.

L’ampleur des moyens humains et financiers nécessaires à la mise en œuvre de chacune de ces actions concrètes sera estimée le plus précisément possible lors de la présentation du programme stratégique transversal.

Un suivi régulier de la mise en œuvre concrète sur le terrain de ce nouvel outil de management sera prévu devant le Bureau permanent et un compte-rendu annuel de l’exécution de la déclaration de politique sociale au travers du programme stratégique transversal sera transmis au Conseil de l’Action sociale afin de lui faire part du degré d’avancement des différents projets et des éventuelles difficultés rencontrées au niveau de la mise en œuvre.

Au travers de cette déclaration de politique sociale, le Conseil souhaite exprimer sa volonté d’être :

-Un CPAS qui se montre soucieux du bien-être et du confort de vie des résidents de sa maison de repos (présente et future).

La législature qui s’ouvre connaîtra la concrétisation physique du projet de construction d’un nouvel établissement pour personnes âgées d’une capacité d’accueil de 93 lits (éventuellement extensible à 120 lits dans une seconde phase de travaux).

La période 2019-2022 sera rythmée par les différentes étapes du chantier de construction d’une durée estimée de 24 à 36 mois.

Un suivi régulier de ce dernier sera assuré par le Comité spécial de la maison de repos en partenariat avec le bureau de consultance AT OSBORNE (assistant à maîtrise d’ouvrage) et l’auteur de projet, le bureau d’architecture VERHAEGHEN.

Parallèlement à ce volet construction, un important travail d’accompagnement des équipes de la Résidence DEGRANGE sera assuré durant les trois prochaines années en collaboration avec le bureau de consultance PROBIS afin d’assurer une préparation optimale du personnel et de garantir une transition aussi harmonieuse que possible en terme organisationnel entre l’ancien site de la Résidence DEGRANGE et le nouveau cadre de travail situé dans le Parc des Ducs.

Sur base des résultats de l’audit réalisé fin 2018-début 2019 par le bureau de consultance PROBIS, certains ajustements seront opérés afin d’optimaliser la gestion globale de l’établissement tant sur les plans organisationnel que financier.

Un des principaux défis entourant ce déménagement sera de veiller à conserver autant que possible, dans la future maison de repos, l’atmosphère familiale prévalant au sein de la Résidence DEGRANGE. L’organisation future des équipes sera en tout cas orientée de manière à faire de la future maison de repos un véritable lieu de vie où chacun se sent bien.

Dans cette optique, la maison de repos tentera de s’ouvrir le plus possible vers son environnement extérieur en renforçant les démarches favorisant notamment les activités intergénérationnelles.

-Un CPAS qui se montre attentif aux conditions d’accueil et à la qualité du service en faveur de ses bénéficiaires ainsi qu’aux conditions de travail de ses collaborateurs

Tenant compte du déménagement prévu de la maison de repos vers son nouveau site d’exploitation endéans les trois années à venir, il importera pour le CPAS et la Commune de trancher aussi vite que possible la question du devenir du bâtiment actuellement occupé par la Résidence DEGRANGE. Les pistes de réaffectation jusqu’ici envisagées sous l’ancienne législature seront réexaminées attentivement en collaboration avec des partenaires extérieurs (ex : Bureau économique de la Province,…) en vue du développement d’un partenariat public-privé ayant pour objectif la redynamisation urbaine de la zone d’une superficie d’un hectare et demi occupée actuellement par la Résidence DEGRANGE, l’ancien Foyer culturel, les bureaux du CPAS et l’ancien magasin TRAFIC.

Considérant l’état de vétusté du siège social du CPAS situé Place Verte 30 et sa faible fonctionnalité tant pour le personnel que pour ses bénéficiaires, une analyse approfondie de la situation permettra au CPAS de saisir les meilleures opportunités en vue de son déménagement vers des locaux répondant davantage aux besoins d’une administration moderne.

Partant du principe que les pouvoirs publics ont un rôle d’exemple à jouer en matière de protection de l’environnement, le CPAS veillera à mener, durant cette législature, une politique volontariste concernant l’amélioration de la performance énergétique de ses propres bâtiments.

Une attention toute particulière sera portée sur les 16 logements de la Résidence RUMIGNY où un audit énergétique sera réalisé en début de mandature afin de déterminer quels travaux doivent prioritairement être envisagés durant les six années de la législature afin de réduire sensiblement leur consommation énergétique. Parmi les travaux envisagés à ce stade, citons le remplacement de l’ancien système de chauffage électrique par un chauffage au gaz de ville, le remplacement des châssis des quatre blocs, l’isolation des quatre toitures sur base des nouveaux standards en la matière.

Pour chacun de ces postes, le CPAS recherchera des pistes de subsidiation notamment lors du lancement de futurs appels à projets UREBA ou financera en tout ou en partie ces travaux au travers de réalisation de certains actifs (ex : mise en vente de quelques parcelles agricoles).

-Un CPAS qui souhaite mener une politique volontariste en matière de réinsertion sociale et professionnelle de ses bénéficiaires

En matière de politique d’insertion sociale et professionnelle, le CPAS intensifiera son action de soutien en faveur de son public le plus éloigné de l’emploi au travers de ses ateliers thématiques. L’opportunité de développer des partenariats complémentaires à ceux déjà existants avec les différents acteurs associatifs et culturels de l’entité sera ré-abordée notamment en matière d’accompagnement des personnes rencontrant des difficultés d’apprentissage des connaissances de base (alphabétisation, maîtrise du français et du calcul,…)

Le CPAS renforcera également sa politique de mise à l’emploi via le mécanisme de l’article 60 et se mettra en recherche de nouvelles structures susceptibles d’accueillir les personnes intégrées dans un parcours d’insertion durable.

A cet égard, l’arrivée toute récente à Florennes de la Ravik Boutik de la Ressourcerie Namuroise ouvrira sans nul doute de nouvelles perspectives de collaborations pour le service d’insertion socio-professionnelle du CPAS et ses bénéficiaires.

 

-Un CPAS qui veut pleinement jouer son rôle en matière de renforcement de la cohésion sociale

Le CPAS souhaite, durant les six prochaines années, poursuivre son action en matière de renforcement de la cohésion sociale au niveau de deux thématiques spécifiques :

En matière de MOBILITE, le CPAS renforcera la capacité d’action de son service de taxi social en se dotant d’un véhicule plus spacieux facilitant le transport simultané d’un nombre plus important de personnes ce qui assurera à ce service une plus grande efficacité et une meilleure disponibilité en faveur des personnes dépourvues de moyens de transport personnel.

Une réflexion sera également engagée quant à l’opportunité d’élargir les plages horaires durant lesquelles le taxi sera disponible pour la population (ex : organisation de transport le samedi).

En matière de droit et d’accès au LOGEMENT, le CPAS poursuivra activement sa collaboration avec partenaires extérieurs (PCS, Equipes populaires, Agence Immobilière Sociale, Habitations de l’Eau Noire,…) afin de faciliter l’accès à un logement décent pour les personnes précarisées suivies pas son service social.

Le CPAS apportera également son expertise de terrain à l’Administration communale et à l’Agence Immobilière sociale dans le cadre de la mise en service prochaine de trois nouveaux logements sociaux situés à Hanzinne, une convention de collaboration étant envisagée à moyen terme.

 

Un CPAS qui mènera une politique préventive et proactive en matière de lutte contre la pauvreté et les inégalités

-En matière d’accès de la population la plus précarisée à l’AIDE ALIMENTAIRE, le CPAS poursuivra son soutien logistique et financier envers la Maison Croix Rouge Charlemagne dans le cadre de l’épicerie sociale. Des collaborations seront mises en place entre le service d’insertion du CPAS et la MCR Charlemagne afin de conscientiser les bénéficiaires de l’épicerie sur les bienfaits d’une alimentation raisonnée et équilibrée.

-En matière de prévention du surendettement et d’éducation des plus jeunes à une consommation responsable, le CPAS examinera en concertation avec les responsables d’établissement et la communauté enseignante, les possibilités de mise en place de modules de formations à l’attention des élèves florennois de l’enseignement libre et officiel (5 et 6ème primaire).

-En matière de soutien à la parentalité, le CPAS collaborera avec les structures existantes (Accueil Temps Libre, AMO Jeunes 2000, Bibliothèque, Maison des Jeunes,…) à la mise en place d’une école des devoirs à l’attention des élèves de l’enseignement primaire.

Le CPAS examinera également les possibilités d’augmenter l’offre d’accueil de la petite enfance dans le cadre de la halte-garderie Bébé-bus.

 

-Un CPAS ouvert sur son environnement et à l’écoute de ses partenaires

Au cours de cette législature 2019-2024, le CPAS souhaite poursuivre et intensifier sa dynamique d’ouverture à l’égard des partenaires sociaux actifs sur le territoire de l’entité (PCS, Maison des Jeunes, Foyer culturel, Bibliothèque, AMO,…) en vue de la mise en place d’une politique sociale plus intégrée et efficace au bénéfice de la tranche de population la plus en difficulté.

Dans le respect des spécificités propres à chacune des deux administrations, le CPAS se montrera également attentif aux opportunités de collaborations plus étroites avec l’Administration communale afin de renforcer les synergies notamment en matière de services support (informatique, marchés conjoints, suivi du Programme stratégique Transversal, tenue régulière de Comités de Direction conjoints,…) de manière à développer une action plus efficace et plus cohérente en faveur de la population florennoise.